Rechercher

On grandit quel que soit son parcours.

J'ai eu envie de partager ce texte qui résume un peu comment je vois les choses après un tas de bifurcations professionnelles, et une multitude de passions qui m'ont accompagné


depuis toujours. Dans un parcours conventionnel on va te dire par exemple, tu n'as pas de bonnes notes en mathématiques et donc tu ne peux pas faire ça ou ceci ou cela, éventuellement ça va être la même chose avec des cours d'arts plastiques et on te dira peut-être que tu ne seras pas un artiste parce qu’en arts plastiques tes notes sont mauvaises (je n'étais franchement pas terrible en arts plastiques, je ne comprenais rien du tout), mais tout ça quand on y pense ce sont des critères pour te faire rentrer sur un chemin défini pour lequel on détermine des critères qui sont des note minimum à obtenir pour pouvoir être accepté.

Mais je me suis de plus en plus aperçu que ma voie personne ne la connaît, et moi je la découvre au fur à mesure donc finalement pour vraiment faire ce qu'on a envie, du moins ça a été le cas dans ma vie, la meilleure chose à faire a été de me jeter dans l'action et je me rends bien compte de ce dont j'ai besoin au fur à mesur


e et je creuse le sujet nécessaire jusqu'à ce que j'ai ce qu'il me faut, contrairement au circuit scolaire qui te fait apprendre pendant 10 à 20 ans toute une variété de choses qui pour ma part ont été la plupart oubliées j'ai juste retenu ce avec quoi j'avais de l'affinité et que j'utilisais à savoir les calculs les langues, donc dans le fond l'école n'est peut-être pas complètement inutile mais pour moi elle a surtout été là pour me montrer tout un tas de choses que je n'avais pas envie de faire.



Une chose qui me fait sourire aujourd'hui, par exemple on a travaillé un certain nombre d'années dans un domaine où on s'est intéressé à un sujet, on a une certaine expérience une certaine connaissance, et par exemple on commence un nouveau travail où on s'intéresse à nouveau domaine, bien sûr on n'en sait pas autant que dans le domaine précédent auquel on s'est intéressé, le travail précédent qu'on a fait, mais au final j'ai l'impression que pas mal de personnes oublient que même si on a fait quelque chose de bien différent avant d’attaquer quelque chose de nouveau, fondamentalement on a grandi et on a des tonnes de choses qui peuvent être utilisées limite dans toutes les activités qui peuvent exister sur notre planète donc ce n'est pas comme si on commençait de zéro, et au final même si c'était le cas où est le problème de commencer de zéro ? Tout le monde a un point de départ à un moment ou à un autre, à plusieurs moments même quand on s'intéresse à diverses choses !


Et pour conclure, je trouve que quand on a une réelle envie de faire quelque chose, on est capable d'apprendre des tonnes de choses quelle que soit leur complexité ! Et bien entendu au contraire quand on n'a pas envie, le domaine peut-être aussi simple et abordable que possible ça peut paraître d'une difficulté incroyable de s'y mettre. Sylvain Alias M.Koeur à la semaine prochaine pour une nouvel article !


4 vues0 commentaire